Le troisième œil des reptiles

Suivez-nous !

Tous les vertébrés possèdent une glande endocrine au sein du cerveau appelée glande pinéale. Chez certains reptiles -les sphénodons et certains sauriens*- cette glande est accompagnée d’un « troisième œil ». Aussi appelé œil pariétal, il est situé sur le sommet du crâne et a des fonctions sensorielles et régulatrices encore mal connues.

* taxon regroupant, entre autres, les lézards, les caméléons et les iguanes.

œil pariétal sur le crâne d'un lézard

Un terme trompeur

Le terme « œil » est trompeur car l’organe pariétal des reptiles n’est pas destiné à capter des images. Il est composé de cellules photosensibles et thermosensibles et a donc une fonction sensorielle et non visuelle.

C’est le sphénodon -reptile endémique des îles du nord de la Nouvelle-Zélande- qui a l’œil pariétal le plus développé avec une rétine, un cristallin et un pédoncule connecté au cerveau. L’œil est visible chez les juvéniles puis se recouvre d’une écaille opaque à l’âge adulte. Il reste néanmoins reconnaissable par la forme ronde de cette écaille au sommet du crâne.

Des fonctions encore mal connues

Les fonctions précises du complexe pinéal sont encore mal connues et les études mettent en évidence des disparités importantes selon les espèces. Cependant il apparaît qu’il remplit un rôle essentiel de régulation du rythme circadien et de l’horloge interne en renseignant sur l’alternance jour/nuit. La glande pinéale régule la sécrétion de la mélatonine -appelée communément « hormone du sommeil »- en fonction de l’intensité lumineuse. Ainsi, elle en secrète trois à dix fois plus pendant la nuit.

La quantité de mélatonine secrétée n’est pas la même tout au long de l’année étant donné que la longueur des journées varie avec les saisons. Le complexe pinéal aurait donc une incidence sur la reproduction en renseignant sur les rythmes saisonniers. D’autres études cherchent à montrer qu’il influerait aussi sur les capacités d’orientation des reptiles mais elles ne sont pas encore assez poussées pour que cela dépasse le stade de simple hypothèse.

Voir aussi : Les monotrèmes : entre mammifère et reptile

Sources :

Suivez-nous !