Les monotrèmes : entre mammifère et reptile

Les monotrèmes sont des animaux endémiques d’Océanie. Ils ont la particularité de présenter des caractères à la fois reptiliens et mammaliens. Cette ambivalence est principalement mise en évidence par le fait qu’ils pondent des œufs mais allaitent leurs petits. Il ne reste que cinq espèces de monotrèmes réparties en deux familles: celle des tachyglossidae qui regroupe quatre espèces d’échidnés présents en Australie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée et celle des ornithorhynchidae qui contient uniquement l’ornithorynque d’Australie.

Des caractéristiques biologiques et physiques de reptile

* espèces avec un placenta développé et une gestation longue qui mettent au monde des juvéniles

** espèces avec un placenta peu développé et une gestation courte qui mettent au monde des larves marsupiales. Celles-ci terminent leur développement après la naissance, souvent dans des poches ventrales

Le nom « monotrème » vient du grec « monos tremata » qui signifie « unique trou ». Comme les reptiles, les monotrèmes disposent d’un seul orifice -cloaque- qui leur sert à uriner, déféquer et se reproduire. Alors que tous les autres mammifères sont placentaires* ou marsupiaux**,  les monotrèmes sont ovipares. Tandis que l’ornithorynque maintient ses œufs entre la base de sa queue et son abdomen, l’échidné les transfère directement du cloaque vers une poche ventrale. Chez les mâles, les testicules sont internes et le pénis au repos est dans un sac préputial situé à l’intérieur du système urogénital.

Les monotrèmes font partis des quelques mammifères venimeux. Leur particularité tient au fait que l’envenimation se fait par piqûre et non par morsure. Ils possèdent un aiguillon relié à une glande venimeuse sur chaque patte postérieure. Le venin de l’ornithorynque, sécrété pendant la période de reproduction, est un mélange d’au moins 19 substances capable de tuer un chien. Les échidnés sont inoffensifs car leur glande n’est plus fonctionnelle.

Voir aussi : Le troisième œil des reptiles

L’allaitement et certaines caractéristiques physiques en font des mammifères à part entière

La caractéristique principale des mammifères est -comme leur nom l’indique- la présence de mamelles. Les monotrèmes allaitent leurs petits mais n’ont pas de mamelles à proprement parler. Leurs glandes mammaires, situées le long de l’abdomen, sont directement reliées aux pores de leur peau par des canaux lactifères. Le lait suinte et s’écoule le long des poils. Chez les échidnés le lait est acheminé vers la poche ventrale dans laquelle le petit reste six à huit semaines après éclosion.

*** muscle respiratoire principal séparant les organes de l’abdomen et les organes du thorax

Comme tous les mammifères, les monotrèmes sont homéothermes: leur température est plus ou moins constante et indépendante du milieu ambiant. Ils ont donc un diaphragme*** qui leur permet d’améliorer leur ventilation et de réguler la température de leur corps. L’articulation dentaire-squamosal est un autre point commun. La mâchoire est constituée d’un seul os -la mandibule- qui s’articule avec le crâne au niveau de l’os squamosal.

Ils sont dotés d’un sens propre à certaines espèces aquatiques

A l’image de certains requins et raies, les monotrèmes sont dotés de l’électroperception. C’est chez l’ornithorynque que ce sens est le plus développé, afin de compenser l’obturation de ses yeux et de ses oreilles lorsqu’il plonge. Les électrorécepteurs situés sur son bec lui permettent de détecter les proies grâce aux champs électriques que produisent leurs muscles en se contractant. L’ornithorynque fait des mouvements de bec de droite à gauche afin de comparer l’intensité de ces champs et d’en déterminer la provenance.

Sources :

Suivez-nous !