Le requin du Groenland : recordman de longévité

Suivez-nous !

Ce requin encore mystérieux détient le record de longévité des vertébrés. Les scientifiques estiment qu’il est capable de vivre presque 3 siècles. Véritable curiosité de l’Arctique, sa chair toxique est utilisée pour préparer le Hákarl, un plat traditionnel islandais.

Selon une étude menée sur 28 femelles, ce squale peut vivre au moins 272 ans. Il a donc le record de longévité des vertébrés, surpassant la baleine boréale et les grandes tortues terrestres. Pour estimer l’âge, les scientifiques s’appuient généralement sur l’examen de la structure osseuse de l’animal. Mais dans le cas du requin du Groenland, cette méthode est impossible car ses os ne sont pas assez solides. Ainsi, les scientifiques ont dû procéder à une corrélation taille-âge. Ils savent que ces squales mesurent 42 cm à la naissance et grandissent 1 cm par an. Le plus grand spécimen observé faisant 5 mètres, ils en concluent qu’il pourrait être âgé de 392 ans. Une marge d’erreur de 120 ans est tout de même appliquée compte tenu du manque de précision de cette technique.

Voir aussi un autre recordman de longévité : L’escargot du désert

Extrait expédition Under The Pole – plongée avec des requins du Groenland

Une espèce encore méconnue

Le requin du Groenland est difficile à observer car il vit à des profondeurs de 200 à 400 mètres : les premières photos d’un spécimen vivant ne datent que de 1995. On sait tout de même que c’est l’un des plus gros requins carnivores du monde avec le requin blanc. C’est aussi le seul requin des eaux polaires de l’Arctique. Sur les 28 femelles observées par les scientifiques, celles qui portaient des œufs mesuraient toutes plus de 4 mètres. Il semblerait donc que l’espèce n’atteigne pas la maturité sexuelle avant 150 ans.

Un plat traditionnel en Islande

Plat de Hákarl
Le Hákarl, plat traditionnel islandais

La chair de requin du Groenland est utilisée pour la préparation du Hákarl, une tradition culinaire islandaise. Ce plat nécessite une très longue préparation car la chair est saturée d’acide urique et contient une neurotoxine. Avant d’être dégustée, la viande est enfouie plusieurs mois dans le sol puis suspendue dans un séchoir à nouveau pendant plusieurs mois. Une fois fermentée et séchée, la chair est servie sous forme de petits cubes accompagnés de pain. L’odeur d’ammoniac et le goût très prononcé du Hákarl peuvent mettre les papilles des touristes à rude épreuve.

Une dégustation de Hákarl
Suivez-nous !