Seuil des 500 loups atteint : Macron veut augmenter les prélèvements

Suivez-nous !

Le président a annoncé, face aux éleveurs des Alpes-de-Haute-Provence, que le seuil des 500 loups était atteint et que les quotas d’abattage seront relevés.

Emmanuel Macron, en déplacement dans les Alpes-de-Haute-Provence, a annoncé jeudi 07 mars que le seuil des 500 loups en France a été atteint. Ce chiffre « correspond à un premier seuil de viabilité démographique » de l’espèce a ajouté l’Office national de la chasse et la faune sauvage (ONCFS). Cet objectif figurait dans le « plan loup » du gouvernement mais il était prévu pour 2023. S’il a bien précisé qu’il n’était pas question d’éradiquer les loups, le président a annoncé au cours d’un débat consacré à l’environnement et à la transition écologique à Gréoux-les-Bains que les quotas d’abattage seront relevés. Les prélèvements pourraient atteindre 17 % de la population lupine contre 12 % actuellement.

VOIR AUSSI : Le comptage des loups est décrié par les associations

Adapter le dispositif à la réalité de chaque département

Le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) du département, agriculteur à Dignes-les-bains, a alerté sur la situation particulière de son territoire. Les attaques de loups sont passées de 555 en 2017 à 693 en 2018 dans le département. Emmanuel Macron a alors nuancé en affirmant qu’il « faut décliner cela avec beaucoup de souplesse, et il faut pour chaque département une réponse attachée aux réalités du terrain ».

Un taux d’abattage fixé à la fin de l’hiver

Le ministère de la Transition écologique rendra public l’effectif lupin à la sortie de l’hiver. Si le seuil de 500 individus est confirmé, le taux de prélèvement pour l’année 2019 pourrait être fixé à 17 % de la population lupine. Ce taux « ne remettrait aucunement en cause la viabilité démographique de l’espèce » assure le ministère qui explique qu’il pourra être revu à la baisse « si des indices de diminution des populations de loups en dessous du bon état de conservation étaient observés ».

Le loup de retour en France depuis plus de 25 ans

Le loup, disparu en France dans les années 1930, est revenu en France par le parc national du Mercantour en 1992. Depuis, le loup de souche italienne colonise peu à peu tout le territoire : Alpes, Jura, Vosges, Massif central et Pyrénées. Certaines associations assurent même que le loup s’est installé aux portes de Paris, notamment dans les Yvelines et dans l’Essonne. Le bilan hivernal de l’ONCFS estimait l’effectif lupin à 430 individus en 2018. Le gouvernement avait autorisé l’abattage de 43 loups, soit 10% de la population.

VOIR AUSSI : En 2018, 40 ours recensés dans les Pyrénées

Suivez-nous !