Le pirarucu, poisson géant d’Amazonie, sauvé de l’extinction

Ce géant de trois mètres et 200 kilos avait presque disparu des eaux amazoniennes en raison de la surpêche. Grâce à un programme de préservation et à la collaboration des scientifiques et des pêcheurs, le pirarucu prospère à nouveau dans les rivières.

En 1999, on ne comptait plus que 2 507 spécimens de pirarucu. Importante source de subsistance des populations amazoniennes, il était menacé d’extinction par la surpêche. En effet, l’augmentation des populations riveraines, les bateaux et techniques de pêche de plus en plus perfectionnés et le développement des techniques de stockage ont entraîné une pêche excessive qui ne permettait plus à l’espèce de se régénérer. Grâce à un programme de préservation, le nombre de pirarucu a été multiplié par 75 en vingt ans : selon le comptage de 2018 plus de 190 500 poissons peuplent les rivières.

VOIR AUSSI : Découverte d’une tortue que l’on pensait éteinte aux Galapagos

Coopération pour une pêche durable

Le programme scientifique de l’institut brésilien Mamirauá a été mené de concert avec les populations locales afin de mettre en place une pêche durable. Celle-ci est réglementée sur la base de quotas établis à partir du nombre total de poissons recensés l’année précédente. Ce sont les pêcheurs eux-mêmes, formés par l’institut, qui sont en charge du comptage. La réglementation tient également compte de la période de reproduction et n’autorise la pêche qu’entre juillet et novembre. Ce programme, en sauvant l’espèce, a également profité aux pêcheurs. Selon l’institut Mamirauá, la mise en place de la pêche durable a rapporté 1,56 million de réais (environ 350 000 euros) aux réserves amazoniennes de Mamirauá et Amanã en 2018 qui ont été répartis entre plus de 700 pêcheurs locaux.

AFP – Les réserves Mamiraua et Amana, modèles de développement durable

VOIR AUSSI : L’Indonésie ferme l’île de Komodo pour protéger les dragons


Suivez-nous !