Le saviez-vous ? Le pangolin est l’animal le plus braconné au monde

Ce fourmilier écailleux originaire d’Asie et d’Afrique est devenu le mammifère le plus braconné au monde : plus d’un million de pangolins ont été braconnés en 10 ans. Son commerce a été interdit en 2016 par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES). Malgré cette interdiction, des dizaines de tonnes d’écailles de pangolins sont découvertes chaque année dans des conteneurs maritimes ou sur le fret aérien. La population asiatique de pangolins étant presque décimée, les trafiquants se reportent sur le pangolin africain. En Côte d’Ivoire, le nombre de pangolins a chuté de 50% en seulement 5 ans.

VOIR AUSSI : La « reine d’ivoire » condamnée à 15 ans de prison en Tanzanie

Le trafic d’animaux sauvages est le troisième trafic le plus lucratif au monde, derrière les stupéfiants et les armes. Ce marché représente, au niveau mondial, 17 milliards d’euros de recettes par an selon une estimation basse de l’ONG IFAW (Fonds international pour la protection des animaux).

L’animal est chassé pour sa viande, sa peau – utilisée dans la confection d’objets en cuir – et surtout pour ses écailles. La médecine chinoise traditionnelle leur prête des pouvoirs de guérison : les écailles soigneraient divers douleurs et maux tels que l’arthrose, l’asthme, les rhumatismes, l’acné et même le cancer. Ainsi dans les échoppes asiatiques, le kilo d’écailles de pangolins se monnaye jusqu’à 1000 euros. Elles sont réduites en poudre et sont incorporées à toutes sortes de potions et médicaments génériques. Pourtant ces écailles ne sont faites que de kératine… comme nos ongles et nos cheveux.

VOIR AUSSI : Le Zimbabwe veut vendre ses réserves d’ivoire pour financer l’entretien de ses parcs

Suivez-nous !