Focus de la semaine : Gigantisme et nanisme insulaires

Le gigantisme et le nanisme insulaires sont des processus évolutifs affectant la faune et la flore des îles ou archipels. Les espèces touchées changent par rapport à leur ancêtre continental et deviennent plus grosses ou plus petites. Comment explique-t-on ces transformations physiques impressionnantes ?

Dans le cas du gigantisme insulaire, la nouvelle espèce est nettement plus grande que son ancêtre continental. Les tortues géantes des Galápagos, les dragons de Komodo et les wetas géants de Nouvelle-Zélande sont les exemples les plus connus de ce phénomène.

VOIR AUSSI : L’Indonésie ferme l’île de Komodo pour protéger les dragons

VOIR AUSSI : Découverte d’une tortue que l’on pensait éteinte aux Galapagos

La rareté des prédateurs favorise le gigantisme

Ce gigantisme s’explique principalement par la rareté des prédateurs sur les îles. La pression de sélection est faible : les proies n’ont pas l’obligation vitale de rester discrètes et agiles face à la menace. Lorsque les prédateurs sont nombreux, les individus de grande taille survivent moins bien car ils sont plus aisément repérés et tués. Ainsi, ils ne se reproduisent pas et ne transmettent pas leurs gènes : la sélection naturelle fait son travail. Au contraire, lorsque les prédateurs se font rares, les spécimens de grande taille prospèrent et jouissent même d’un succès reproducteur supérieur grâce à leur constitution imposante. Au fil du temps, ce caractère s’installe dans la population et mène au phénomène de gigantisme insulaire.

Les îles aux ressources limitées encouragent le nanisme

Mais pour que les espèces grandissent, encore faut-il que l’île possède les ressources nécessaires car plus l’animal est gros, plus il mange. Ainsi, sur certaines îles aux ressources limitées, on assiste au phénomène inverse : le nanisme insulaire. Dans ce cas, la nouvelle espèce est plus petite que son ancêtre continental, ce qui lui permet d’exploiter durablement le peu de ressources de son environnement. Parmi les exemples connus de nanisme on peut notamment citer le paresseux nain de l’île Escudo de Veraguas au Panama ou encore le caméléon brookesia micra de Madagascar.

VOIR AUSSI : Le saviez-vous ? Des algues poussent dans le pelage du paresseux

Suivez-nous !