Le flash : L’orque

L’orque, aussi appelée épaulard, est un cétacé présent dans toutes les régions du monde : elle vit aussi bien dans les régions arctiques et antarctiques que dans les mers tropicales. Les plus gros spécimens peuvent mesurer plus de 9 mètres et peser plus de 9 tonnes. Leur nageoire caudale seule peut mesurer plus de 2 mètres d’envergure.

Un superprédateur

L’orque est ce que l’on appelle un superprédateur : à l’âge adulte, l’espèce se trouve au sommet de la chaîne alimentaire. En effet, l’orque n’est la proie d’aucune autre espèce animale. Ces superprédateurs jouent un rôle crucial dans les écosystèmes car ils permettent de réguler les populations des espèces dont ils se nourrissent.

Des comportements culturels

Les orques font partie des rares espèces dotées d’une culture animale. En effet, les techniques de chasse et les comportements vocaux diffèrent d’un groupe à l’autre. Ces savoirs sont transmis par apprentissage de générations en générations au sein du groupe. Des scientifiques ont par exemple observé des femelles adultes enseigner l’échouage volontaire – une technique de chasse – à des plus jeunes.

VOIR AUSSI : Les humains nuisent à la diversité culturelle des chimpanzés

Déformation et captivité

Plus de 80% des orques en captivité possèdent une nageoire dorsale courbée et tombante. Pourtant, c’est le cas de seulement 1% des orques dans la nature. Certains scientifiques estiment que cette déformation est due au fait que les orques captifs passent plus de temps à la surface de l’eau : la nageoire, à l’air libre, n’est plus soutenue par la pression de l’eau et s’affaisse.

VOIR AUSSI : Les baleines plus efficaces que les arbres pour absorber le CO2

Suivez-nous !