Le flash : le chat de Pallas

Le manul – aussi appelé chat de Pallas – est un félin peu connu car peu observé. On estime le nombre d’individus à l’état sauvage à environ 15 000 mais ce chiffre reste très incertain. Il vit dans les zones de haute altitude des steppes froides et arides d’Asie centrale où la température peut descendre jusqu’à −50 °C, loin de toute activité humaine.

Un corps taillé pour l’hiver

Son corps trapu recouvert d’une fourrure longue et épaisse est parfaitement adapté au grand froid. Le poil sur son ventre, ses pattes et sa queue est presque deux fois plus long que sur le reste de son corps. Ainsi, il peut marcher ventre à terre lorsqu’il chasse en se protégeant des températures hivernales. Pour dormir, il s’enroule dans sa queue épaisse pour préserver sa chaleur corporelle.

Un chat en danger

Longtemps chassé pour sa fourrure, le chat de Pallas est également menacé par la destruction de son habitat naturel et la disparition de ses proies, pikas et campagnols, qui sont exterminés car considérés nuisibles. Or les programmes de sauvegarde par élevage en captivité sont compliqués car le manul a un taux de mortalité très élevé hors de son milieu naturel. En effet, leur système immunitaire de haute montagne est incapable de lutter contre les virus de basses altitudes.

VOIR AUSSI : Flash sur le guépard