Le réchauffement climatique fait rétrécir les oiseaux

Selon une étude américaine, la morphologie des oiseaux s’adapte aux changements climatiques. Ainsi, le réchauffement climatique provoquerait une diminution de leur taille et un allongement de leurs ailes.

Une équipe de scientifiques américains ont récupéré et observé pendant 40 ans les oiseaux morts après avoir percuté les buildings de Chicago. Plus de 70 700 spécimens de 52 espèces d’oiseaux migrateurs différentes ont été étudiés par les chercheurs. « Nous avons constaté que presque toutes les espèces étaient de plus en plus petites » a déclaré le professeur Brian, auteur principal de l’étude. Il ajoute que “l’ensemble des spécimens représentent 52 espèces qui, pourtant assez différentes en termes d’habitats, d’alimentation et de migration, ont toutes réagi sensiblement de la même manière”. En effet, l’étude publiée dans le journal Ecology Letters montre qu’entre 1978 et 2016, la longueur de l’os de la patte des oiseaux – utilisée pour déterminer leur taille – a diminué de 2,4 % alors que leurs ailes se sont allongées de 1,3 %.

VOIR AUSSI : Rapport de l’IPBES sur la biodiversité : un million d’espèces pourraient disparaître

Muter pour s’adapter aux changements climatiques

D’après les scientifiques, ces variations de taille sont corrélées à la température des zones de reproduction des oiseaux. Ainsi, les périodes où la température moyenne a baissé, la masse des oiseaux a augmenté. Ces changements morphologiques s’expliquent par le principe de Bergmann : lorsqu’il fait froid, l’animal a besoin d’être plus imposant afin de maintenir sa température corporelle. Au contraire, lorsqu’il fait plus chaud, sa masse diminue. L’allongement des ailes permet, quant à lui, de compenser la diminution de la masse corporelle lors des vols migratoires. L’adaptation des oiseaux aux changements climatiques passent également par des modifications de leurs zones de répartition ainsi que des périodes de migration et de reproduction. Pour Brian Weeks, “ces résultats sont optimistes car ils prouvent que les animaux sont capables de résilience”. Mais jusqu’où seront-ils capables d’aller pour s’adapter ?

VOIR AUSSI : Réchauffement climatique : de moins en moins de tortues mâles