Sénégal : un éléphant observé pour la première fois depuis des années

Un éléphant en liberté a été observé dans le parc national de Niokolo Koba le 19 janvier dernier. Cela faisait des années qu’un pachyderme n’avait été observé de près dans cette zone du pays.

Un mâle probablement âgé de 35 à 45 ans a été observé par une équipe de l’ONG Panthera qui menait une mission d’observation dans le parc national de Niokolo Koba, au sud-est du Sénégal. Ce parc naturel qui s’étend sur plus de 9 000 km2 est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Cela faisait plusieurs années qu’aucun pachyderme n’avait été observé dans cette zone.

Une population d’éléphants décimée

La population d’éléphants a été décimée dans le pays depuis les années 1980 à cause du braconnage, de la sécheresse et de l’extension des exploitations forestières et agricoles. Ces dernières années, des indices et des caméras automatiques ont permis d’établir la présence de pachydermes dans la zone « mais c’est la première fois depuis au moins trois ou quatre ans qu’un éléphant est approché d’aussi près, sans prendre peur », souligne Jacques Gomis, le conservateur du parc Niokolo Koba.

VOIR AUSSI : La Namibie vend un millier d’animaux pour faire face à la sécheresse

Des brigades mobiles pour lutter contre le braconnage

Cette observation témoigne d’une atténuation de la pression du braconnage dans cette région d’Afrique de l’Ouest. « Le fait qu’on ait pu l’approcher en plein jour démontre que la sécurité commence à s’installer, que les animaux sont plus sereins, puisque lorsqu’ils sont stressés, ils modifient leurs habitudes et ne se déplacent plus que la nuit », se réjouit Jacques Gomis. En effet, l’Etat, avec le soutien d’ONG et de mécènes privés, a renforcé la lutte contre le braconnage et l’exploitation forestière illégale : trois brigades mobiles et des postes fixes assurent la sécurité des animaux 24 heures sur 24.Les scientifiques vont maintenant multiplier les observations afin de tester la viabilité du groupe d’éléphant. Pour qu’il soit stable et en mesure de se reproduire et prospérer, il faut que le troupeau compte au moins une dizaine d’individus.

VOIR AUSSI : Le Zimbabwe veut vendre ses réserves d’ivoire pour financer l’entretien de ses parcs