Flash : Le kakapo

Le kakapo n’est pas un perroquet comme les autres : en plus d’être le seul perroquet qui ne peut pas voler, il est également l’un des oiseaux qui se reproduit le plus lentement. En effet, les femelles kakapo ne s’intéressent à la reproduction qu’une fois tous les 5 ans environ. Le taux de reproduction de l’espèce est donc très faible.

VOIR AUSSI : Le saviez-vous ? Le kakapo est le seul perroquet qui ne vole pas

Une parade nuptiale longue et complexe

Au début de la saison de reproduction, les mâles kakapo se rassemblent et se battent pour obtenir le meilleur lek, une aire de parade nuptiale. Plumes soulevées, ailes et griffes déployées, les mâles établis dans leur lek poussent ensuite des cris et grognements pour attirer les femelles. Il arrive qu’un mâle passe 8 heures d’affilées tous les soirs pendant 3 mois à appeler les femelles. Après l’accouplement, le mâle et la femelle repartent chacun de leur côté. En effet, contrairement à bon nombre de perroquets qui vivent en couple, les kakapos mâles et femelles ne créent pas de liens durables.

Les kakapos menacés malgré leur longévité

Le kakapo a une espérance de vie moyenne de 95 ans et certains individus atteignent même les 120 ans. Malgré cette longévité incroyable pour un oiseau, il est en grand danger depuis l’arrivée des colons au XIXème siècle. Il est malheureusement une proie facile pour les prédateurs quadrupèdes que les Hommes ont amenés avec eux : chiens, chats, hermines, furets… Dans les années 1990, on ne recensait plus qu’une cinquantaine de kakapos dans la nature. On en compte aujourd’hui un peu moins de 160 placés à l’abri sur 3 îles débarrassées de tout prédateur. L’enjeu, au-delà d’accroître leur nombre, est de garantir la diversité génétique de l’espèce.